The cramps

Publié le par corsaire64

Je ne sais pas pourquoi je me suis mis à les re-écouter mais c'est sans doute par volonté de revenir à ce que l'on appelle le "rock'n roll" non pas le truc insipide nommé pop-rock mais au réel rock'n roll qui danse et fait bouger les fesses. Lettre A, Lettre B, (pénétrez dans l'intimité d'un fétichiste du cd), lettre C ah !!! The clash ? euh non, Christopher Cross(mdr) non, The Cure non(j'ai dit rock'n roll !!), THE CRAMPS !!! Wé les cramps qui sont toujours en activité et que certains cloisonnent dans un psychobilly, ou gothico chépakoi, Les cramps mon neveu c'est du rock'n roll, de l'amerloque, du rockabilly, du garage punk et un zeste de psychidélysme. On fusionne tout cela et on obtient le groupe le plus furieux des states en matière de rock'n roll.

Les cramps sont apparus en 1975, j'avais euh 10 ans rien à foutre d'eux à 25 c'est plus pareil là je plonge et je découvre. Je découvre un groupe formé sur un duo jusque là rien de grave. Non rien de grave sauf que chez les cramps il n'y a pas de...bassiste. Moi-même à cette époque quatre cordiste devant le malin je me découvre une passion dévorante pour ce groupe, son chanteur, ses guitaristes aussi panthères que pink panther tous les matins sur ma téloche. Bref voilà j'ai plongé et je ne suis jamais remonté à la surface. Les cramps c'est un son, un concept, bref un tout qui vous amène loin dans un espèce de mélange entre rockabilly et punk rock first génération. Impossible de retrouver un groupe comme eux. Et puis leur univers est tellement irréel notamment en terme d'imagerie, mershandising, pochettes d'albums Les souvenirs reviennent "goo goo muck", "human fly", "fever"(hyper envoutant), she said. Bref pas mal d'albums bien croquants qui ont permis d'établir un groupe de contre-culture hors du temps qui me passionne encore. Je réécoute vraiment avec un plaisir immense "gravest hits", "song the lord taught us", "psychidelyc jungle", "smell of female", "off the bone", "a date with elvis" ou encore "how to make a monster" le dernier en date. 

Les cramps représentent ce que le rock'n roll est devenu au final, un truc intimiste, que certains s'échangent sous le manteau, comme dans certains pays on s'échangeaient des jeans ou tout autre produit de l'europe de l'ouest. Les cramps c'est aussi un univers qui me correspond et m'a toujours correspondu avec des membres qui ne bougent pas et d'autres qui défilent, des membres venus de groupes aussi illustres que les Dead Boys, ou encore le Gun club, des groupes mythiques qui savaient ce que voulait dire "energie". Je les croyais perdu à jamais en cherchant des sites sur le net, aucune news et puis l'aube des années 2000 les a remis sur le devant de la scène avec le rock garage qui en a fait son chef de file. Et puis franchement il fallait le faire jouer un mélange de Carl Perkins et de punk sans bassiste il fallait oser. Je ne suis pas un grand fan du rock américain mais quand celui-ci ose, cogne et déjante je suis complètement fan.

A suivre

 

Commenter cet article